« Chanteur hors norme, comment mieux définir Marc Mauillon? » (Michel Parouty, Opéra Magazine 02/2017)

Par l’étendue et la singularité de son répertoire, son timbre si reconnaissable et sa diction ciselée, Marc Mauillon occupe une place toute personnelle sur la scène lyrique actuelle. Tantôt baryton, tantôt ténor, ce caméléon déploie et adapte ses couleurs au gré des musiques et des personnages qu’il rencontre.

À l’opéra il est tantôt loufoque (Papageno, Bobinet de la Vie Parisienne, Mercure d’Orphée aux enfers, moine du King Arthur de Shirley & Dino, Le Mari des Mamelles de Tirésias de Poulenc, Momo de l’Orfeo de Rossi, Robert le Cochon de M.O. Dupin), divinité maléfique (la Haine dans Armide de Lully, Tisiphone dans Hippolyte et Aricie, Sorceress dans Dido & Aeneas), tragédien (rôles titres d’ Egisto de Cavalli, Orfeo de Monteverdi, Pelléas de Debussy, Adonis de Blow, Pélée dans Alcione de Marais…) ou même tragédienne (Raulito dans Cachafaz de Strasnoy).

En concert, il chante aussi bien des airs de cour (Lambert, Charpentier, Bacilly…) que des petits ou grands motets français (Charpentier, Lully, Rameau, Desmarest, Campra, Couperin), du madrigal italien (Monteverdi, Gesualdo), des cantates sacrées

ou profanes (Bach, Haendel, Vivaldi, Telemann, Monteclair, Clérambault), des programmes de musique médiévale ou renaissante.

Il travaille avec les chefs d’orchestre W. Christie (il est Lauréat du premier Jardin des Voix de 2002), M. Minkowski, R. Pichon, C. Rousset, A. Altinoglu, J. Savall, V. Dumestre, H. Niquet, E. Haïm, L. Campellone, M. Pascal, G. Jourdain… et les metteurs en scène L. Hemleb, D. Warner, B. Lazar, I. Alexandre, R. Carsen, J. Mijnssen…

Le récital et la musique de chambre tiennent une place de choix dans son parcours. Que ce soit Machaut avec Pierre Hamon, Vivabiancaluna Biffi et Angélique Mauillon, Poulenc/Eluard avec Guillaume Coppola, les musiciens de la Grande Guerre avec Anne Le Bozec ou Peri et Caccini avec Angélique Mauillon, ces programmes questionnent toujours fortement le rapport entre musique, poésie et vocalité. En 2016, il crée Songline, un récital monodique a capella, en mouvement et en lumière.

Cette saison il retourne à l’Opéra Comique à Paris pour Miranda d’après Purcell (R. Pichon / K. Mitchell) ainsi que pour 2 récitals, puis sera à Caen pour la reprise d’Alcione de Marais (J. Savall / L. Moaty). Il retrouvera les Arts Florissants pour la Selva Morale de Monteverdi en tournée, les Cris de Paris pour un Israël en Egypte de Haendel au Mexique, Angélique Mauillon pour plusieurs récitals en France, Suisse et Pays-Bas. Il sera à Salzburg avec M. Minkowski pour une Périchole, chantera son programme Songline à Munich, Varsovie et Rouen. Enfin le printemps 2018 verra la parution d’un nouvel enregistrement : les Leçons de Ténèbres de Lambert (premier cycle de 1662-63) pour la première fois au disque (Harmonia Mundi).

Depuis 2014, Marc Mauillon est professeur au Pôle Sup 93 (Aubervilliers/ La Courneuve).