Coeur Airs de cour français de la fin du XVIème siècle

Band : , ,
Title : Coeur Airs de cour français de la fin du XVIème siècle
Release Date : 6 octobre 2015
Label :
Format : CD

C’est d’abord avec l’air de cour français que Le Poème Harmonique s’est imposé sur la scène internationale au tournant de l’an 2000. Des noms inconnus tels ceux de Guédron, Moulinié, Tessier prenaient vie, et révélaient de petits joyaux polyphoniques qui condensent en quelques minutes le drame, la comédie et l’épanchement des sentiments. Ils sont l’une des racines de la musique française, leur apparente simplicité et leur subtilité extrême leur donnant une place comparable au lied dans le répertoire allemand. Bien des trésors restent encore à découvrir, et Vincent Dumestre, revenant à ses premières amours, a choisi de remettre en lumière, aux côtés de Guédron et Bataille, des compositeurs oubliés comme Fabrice Caïétain, Didier Leblanc et Girard de Beaulieu, artistes majeur du passage de la Renaissance au Baroque. Une équipe vocale et instrumentale sans guère de rivales dans ce répertoire – quatre chanteurs, et un consort de violes, luths et vents – rend justice à la somptuosité des timbres qu’exige cette musique des rois.

Distribution :
Claire Lefilliâtre soprano
Bruno Le Levreur contre-ténor
Serge Goubioud ténor
Marc Mauillon basse
Atsushi Sakaï dessus de viole
Sylvia Abramowicz viole de gambe
Lucas Peres viole de gambe
Françoise Enock violone
Mélanie Flahaut flute basson
Angélique Mauillon harpe
Pierre Gallon clavecin
Vincent Dumestre théorbe & direction

Programme :
Hélas que me faut il faire, Girard de Beaulieu
Passepieds de Bretaigne, Pierre-Francisque Carroubel
Allons vieille imperfaite, Fabrice Caïétain
Bien qu’un cruel martire, Pierre Guédron
Sus ! Mon lut d’un accord pitoyable, Didier Blanc
Les Mariniers, Didier Leblanc
Quel secours, Didier Leblanc
Tant et tant il m’ennuie, Pierre Guédron
Mais voyez mon cher esmoy, Fabrice Caïétain
Fantaisie, Lorenzini
J’ayme trop mieux souffrir la mort, Guillaume Costeley
Ô combien est heureuse, Adrian Le Roy
Belle qui m’avez blessé, Pierre Guédron

css.php