L’amoureus tourment

Band : , ,
Title : L'amoureus tourment
Release Date : 14 septembre 2006
Label :
Format : CD


Guillaume de Machaut et l’ancienne forge

 

Marc Mauillon

voix

Viva Biancaluna Biffi

vièle

Pierre Hamon

flûtes, tambour, cornemuses et direction
Aymi, Dame de valour

 

« Ce programme est modestement mais sincèrement un jalon essentiel de notre vie de musicien : c’est une véritable expérience de magie musicale et poétique, une interrogation sur le pouvoir originel de la musique et de la voix, une résistance à l’esprit actuel de zapping ». Pierre Hamon

 

Chanter et interpréter le premier lai de Guillaume de Machaut « Loyauté que point ne delay » dans son intégralité, c’est d’abord se confronter à l’art lyrique médiéval dans sa forme la plus élevée, c’est chercher un équilibre entre d’une part un état d’hypnose né de la répétition d’une mélodie sublime, discrètement ornée et, d’autre part le renouvellement incessant de l’harmonie entre la poésie et la musique ; mais c’est plus que cela, car si Machaut est sans conteste le plus grand poète et le plus grand compositeur français du XIV° siècle, il nous permet ici, interprètes comme auditeurs, de faire une véritable expérience intérieure sur la force et la magie du temps, sur le sentiment du sacré dans l’art poétique et musical de l’amour courtois.

Au delà de cette expérience qui constitue entièrement la deuxième partie du concert, ce programme est aussi un hommage au deux courants musicaux à l’origine de ce chef-d’œuvre : celui des troubadours avec bien sur le premier, Guillaume de Poitiers, IX°Duc d’Aquitaine, mais aussi le souffle celtique, avec sa prodigieuse faculté d’invention verbale et formelle, dont notre culture humaniste a trop longtemps occulté l’importance. En effet, au Moyen Age, les harpeurs bretons ont voyagé, chanté et fait connaître jusque dans les cours italiennes et allemandes ce que l’on appelait la « matière de Bretagne » : les récits arthuriens ou l’histoire de Tristan… A la cour d’Aliénor d’Aquitaine, petite fille de Guillaume IX et mère du roi trouvère Richard Cœur de Lion, ces bardes bretons se mêlaient aux troubadours d’Aquitaine, de Catalogne et de Provence, chantres de cette nouvelle conception de l’amour, la « fin amor ». C’est probablement ainsi que certaines formes poétiques et musicales celtiques comme le lai furent adoptées et transformées par les trouvères continantaux. A l’origine narratif, le lai devint aussi un long poème d’amour courtois, cet « amoureux tourment » que chante Guillaume de Machaut.

Conception et direction musicale du programme : Pierre Hamon

 

Programme du CD :

Guillaume de Machaut

1     Loyauté que point ne delay Lai

Voix, vièle et flûtes traversières

 

Anonyme XVe siècle

2    De cuer je soupire Lai

Voix et flûte double

 

Trouvère anonyme du XIIIe siècle

3    Lai de la Pastourelle Lai

Voix, vièle, tambour, flûte et cornemuse

 

Jehan de Lescurel

4    Comment que par l’éloignance Ballade

Voix, vièle et tambourin

 

Guillaume de Machaut

5    Ay mi Virelai

Voix et flûte double

 

Le CD L’amoureus tourment a reçu le diapason d’or (novembre 2006) et le R10 du magazine Classica Répertoire.

 

Quant li cuers est pleins de joie

Il se delite et se rejoie

En faisant son chant et son dit…

Et musique est une science

Qui vuet qu’on rie et chante et dence…

(Guillaume de Machaut, Prologue)

 

et cela même en amoureus tourment.

css.php